Pourquoi Twitter fait peur..

Quand on est en formation à distance, il n’est pas toujours simple de trouver la juste distance permettant de bien communiquer avec ses pairs. La co-présence physique en face à face permet de désamorcer bien des malentendus. Dans le cadre d’une formation où les apprenants ne se rencontrent pratiquement jamais, et ne rencontrent jamais les professeurs, un mail maladroit, un post jeté à la va-vite sur un forum ou un avatar mal choisi peuvent vite  être mal interprété… Des études ont prouvé le stress supplémentaire lié à des situations de communication asynchrones, et l’aspect souvent ressenti comme « froid » d’une information communiquée par mail, en comparaison avec la même information communiquée de vive-voix ou même par courrier écrit. (cf, au sujet des problèmes liés à la communication par mail, cette charte publiée en 2011 par l’Observatoire de la Responabilité Sociétale des Entreprises, assortie d’une bibliographie complète)

Chaque nouveau média nous oblige à adapter notre communication à ses spécificités pour faire en sorte que notre message « passe » et soit justement interprété à l’autre bout de la chaîne.

Rien d’étonnant à ce que nous soyons parfois réticents à nous lancer dans une nouvelle aventure communicationnelle. Pour ma part, j’ai ouvert un compte Twitter en début d’année, pensant que c’était l’occasion ou jamais de tester ce nouveau média. Et puis d’autres priorités on pris le dessus… Il n’était déjà pas évident de bien me tenir au courant des différents forums de la plateforme de formation du master, et d’y intervenir avec pertinence et efficacité. A l’origine, je pensais répercuter chaque post de mon forum sur Twitter et utiliser Storify pour concevoir mes articles. Finalement, je n’ai pas réussi à me convaincre moi même que ce que j’écrivais pouvait avoir un intérêt pour d’autres, et je n’ai pas donné suite à ce projet.

Il faut pourtant que je m’y remette, car c’est une des demandes explicites du cours Web 2.0 et usages dynamiques.

J’espère trouver rapidement l’art de m’exprimer en 140 caractères « de manière percutante et synthétique »!

Je donnerai plus de nouvelles d’ici la fin de l’année sur mes progrès en la matière.

Publicités