De près ou de loin…

Etait-ce particulièrement difficile de suivre cette formation à distance? Je n’ai pas eu la sensation d’être livrée à moi-même. Je crois que j’ai eu plus la sensation d’être seule en L3 LM à Paris 4, alors que j’étais physiquement en présence d’étudiants très nombreux et de professeurs très inaccessibles du haut de leur chaire.

Quand je dis que je suis une formation à distance, les personnes qui sont en face de moi ont souvent une réaction du type: « Ah, cela ne doit pas être facile, hein? Tu arrives à rester motivée? ».  Eh bien, oui. J’ai eu l’occasion d’expérimenter la chose trois fois dans ma vie: une préparation à un concours avec le CNED voici 4 ou 5 ans, un cursus de master 1 l’an dernier, et enfin le master 2 que je suis cette année.

Dans les deux premiers cas, les choses se sont bien plutôt bien passées: j’ai fait la connaissance de personnes très sympathiques avec lesquelles j’ai eu plaisir à travailler, j’ai suivi les cours avec intérêt, et j’ai j’ai terminé l’année honorablement.

Il y a une nuance à faire entre ces deux expériences: dans le cas des cours du CNED, il s’agissait uniquement de cours sur papier. Je renvoyais mes devoirs écrits qui étaient corrigés et un professeur me retransmettait sa correction, par écrit. Je n’ai jamais rencontré de tuteur, et le seul dispositif en ligne qui était mis à notre disposition était un forum, par le biais duquel j’ai pu rencontrer deux autres personnes vivant dans la même zone géographique que moi. Nous nous sommes donné régulièrement des rendez-vous de travail dans une bibliothèque, et l’émulation et la collaboration on si bien fonctionné que nous avons eu tous les trois notre concours.

L’an dernier, le dispositif était à distance mais un grand nombre d’étudiants (plus de la moitié) vivaient dans la même zone géographique que moi. Lors d’un regroupement de rentrée qui a duré plusieurs jours, et auquel participaient aussi des étudiants venus de loin (Nouvelle-Calédonie!), nous avons eu l’occasion de faire connaissance. Cela nous a permis de commencer l’année en ayant déjà quelques repères, quelques visages connus et quelques sympathies. Nous avions aussi à cette occasion, et cela n’est pas négligeable, rencontré la plupart des professeurs. Par la suite, nous avons travaillé essentiellement à distance, même si nous habitions pour certains dans la même ville. Le contact qui avait été établi en début d’année nous a permis de travailler ensemble à l’aide des moyens de communication à distance. Ces moyens n’étaient globalement pas ceux de la plateforme, qui nous servait surtout à trouver nos cours et les consignes associées. Les forums  n’étaient pas très investis. Par intervalles éloignés, certains professeurs organisaient une réunion sur skype pour communiquer avec nous. C’était l’occasion de demander des précisions sur un exercice ou un devoir à rendre.

Etait-ce particulièrement difficile de suivre cette formation à distance? Je n’ai pas eu la sensation d’être livrée à moi-même. Je crois que j’ai eu plus la sensation d’être seule en L3 LM à Paris 4, alors que j’étais physiquement en présence d’étudiants très nombreux et de professeurs très inaccessibles du haut de leur chaire.

Pour peu que l’organisation pédagogique soit intelligemment conçue (des objectifs d’apprentissages et des consignes claires), et que les étudiants soient suffisamment indépendants et autonomes dans leur travail, une formation à distance peut être un dispositif très efficace qui permette des rencontres humainement riches et des apprentissages approfondis. Cependant,un élément à mes yeux essentiel est qu’un contact soit établi d’apprenants à apprenants. Dans le cas de la formation suivie par le CNED, je n’ai eu, à part les corrections de mes devoirs, aucun contact avec des professeurs. J’avais des documents à parcourir et à apprendre, et des consignes à suivre. Le fait de rencontrer d’autres apprenants m’a permis de travailler plus régulièrement et de communiquer sur les difficultés que je rencontrais. Le regain de motivation que cela m’a procuré m’a énormément aidé au cours de l’année.

Certes, ces rencontres était physique. Mais je pense qu’une rencontre et une discussion sur skype peut dans une certaine mesure remplacer une rencontre physique.

Il est en tout cas très important à mes yeux de donner aux apprenants l’occasion de se voir, et à défaut, de s’entendre. L’utilisation de BBB pour faire des classes virtuelles lors des lundis du master AIGEME est pour l’instant un peu chaotique pour des raisons de planning et d’organisation. Je pense néanmoins que cela peut représenter un très bon outil pour permettre ce contact entre apprenant et apprenants, et entre apprenants et professeurs, qui soutient la motivation.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s