Construction des usages numériques en pédagogie

Un petit coup d’oeil historique permet parfois de mettre le présent en perspective…

En pleine guerre froide, et alors que l’Europe et les Etats-Unis sont encore dans une situation de forte reprise économique, un congrès de spécialistes se réunit sous l’égide de l’Unesco afin de faire le point sur les « Nouvelles méthodes et techniques d’éducation ».

Le document tirant le bilan de ce congrès est consultable dans la base de documents de l’usnesco: http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001338/133869fo.pdf

Il permet de mieux comprendre les débuts des usages du numérique en pédagogie.

Il est tout d’abord frappant de constater que l’ensemble des participants au débat semblent avoir la forte conviction que l’utilisation des technologies nouvelles (télévision, radio, systèmes informatiques destinés à remplacer le maître…) va permettre une amélioration de la qualité de l’enseignement et, dans le même temps, puisqu’il s’agit de médias de masse, une augmentation radicale du nombre de personnes touchées par cet enseignement.

Les buts fixés au développement de ces nouvelles technologies  ne sont autres que l’éradication de l’analphabétisme et l’instruction des pays en voie de développement.

Pourquoi ces buts louables n’ont-ils pas été atteints?

Différentes raisons peuvent être citées. D’abord, la dimension économique: le déploiement de véritables plans d’instruction incluant les technologie nouvelles dans des pays du tiers-monde aurait coûté une fortune. Ensuite, la dimension politique, car il faut une volonté politique forte pour promouvoir des projets de cette envergure, et l’on peut parier que l’opposition entre les deux blocs ne facilitait pas la tâche pour trouver un consensus sur les modes de déploiement d’un tel projet. L’évolution des conceptions pédagogiques, qui évoluèrent  vers une remise en question de la pédagogie transmissive, et vers le développement du socio-constructivisme, dut aussi remettre en question la possibilité d’un enseignement « des masses » tel qu’on semblait encore l’admettre au début des années 60.

Citons encore la résistance au changement qui a pu exister dans les pays concernés par l' »aide »…

On constate également que dès ses premiers balbutiements, l’usage du numérique en pédagogie se heurtait à ce qui constitue encore d’importants écueils dans le domaine des formations à distance.

En effet, malgré les précautions prises par les participants, ils semblent pour la plupart sous l’influence de deux illusions dont on a depuis démontré la non-pertinence: d’une part, l’illusion de la possibilité d’un enseignement sans le maître, ou sans interaction avec le maître. D’autre part, l’illusion de la possibilité d’un enseignement sans interaction entre pairs.

Une autres illusion est celle de la transposabilité des dispositifs, négligeant la nécessité de l’adaptation aux cultures particulières des apprenants.

Les progrès technologiques ne cessent de nous offrir de nouveaux outils pour communiquer, pour partager des documents et des informations… Mais aujourd’hui, nous sommes plus conscients des limites du numérique, et les principales questions qui se posent sont plutôt de cet ordre : comment proposer des outils de formation « dématérialisée » et à la fois conserver une interaction entre apprenants et formateurs, et entre apprenants? Comment  adapter les parcours de formation au capacités et aux demandes de l’apprenant? Comment enjamber la fracture numérique (développement de programmes sur téléphone portable en Inde et en Afrique du Sud: utilisation d’outils universellement répandus pour toucher le plus grand nombre)?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s